Chaud devant

Par défaut

Aujourd’hui, Mercredi 16 Juillet 2015, cela fait exactement 1 mois et 6 jours que je suis arrivée en Bulgarie.
Mon expérience à l’ « écoparc » aura été riche en émotions, et aura duré en tout et pour tout… 16 jours. On est loin des 2 mois que je voulais passer là-bas ! Eh oui, tout ne s’est pas tout à fait déroulé comme je l’avais prévu !

 

JOUR 1 : Jeudi 11 Juin 2015
Mes 3 premiers jours  ont été softs au niveau des horaires, mais par contre ils m’ont directement fait mettre les pieds dans le bain ou plutôt dans le champs, parce que passer toute une journée dans un champs par 35 degrés à l’ombre à couper les hautes herbes, les mettre autour d’arbustes qui viennent d’être plantés pour les protéger et ensuite récupérer l’herbe pour en faire des ballots de paille qui serviront à nourrir les chevaux, ça fait pas forcément plaisir quand on n’a pas été prévenu x) Surtout que dans les mails que j’avais échangés avec les  3 volontaires qui avaient laissés des avis positifs sur workaway, chacun des 3 m’avait affirmé que ce qu’il fallait faire n’était vraiment pas difficile. FAUT PAS POUSSER MEME DANS LES ORTIES (faut pas la pousser plutôt sur un chemin de fer ou une autoroute c’est plus rapide) !!! J’ai beau me creuser la tête, je n’arrive toujours pas à comprendre comment ni pourquoi leurs feedbacks sont TOUS favorables. Mais je pense que 2 options sont possibles selon moi : soit quand ils sont venus ils n’étaient pas les seuls volontaires (contrairement à moi) donc c’était moins dense niveau boulot, soit ils ont l’habitude des travaux en extérieur et frôler le cancer de la peau chaque jour est à la mode dans les pays de l’Est (sachant que le lendemain de mon arrivée j’ai quand même réussi à choper un coup de soleil sur les genoux, x)).
C’est pas comme si c’était un mini champs en plus, nen, là je vous parle d’un champs taille king size, où en plus on n’était que 2, George (à prononcer Guéorgui), le deuxième et dernier employé de Maya qui a 25 ans rencontré le matin même en même temps que le compagnon pervers de Maya, Bobbi (je vous raconterai plus bas), et qui travaille pour elle depuis 2 ans, qui coupait et moi qui ramassais…
Parce que oui, la Bulgarie, c’est un pays bien plus agricole que la France, et presque tout se fait à la main.

Petite parenthèse pour vous présenter notre cher ami Bobi ! Je suis donc arrivée le Mercredi 10 Juin, et le Jeudi matin supposant que Mitko m’attendait au même endroit où nous nous étions rencontrés, je me dirige vers la table de cuisine extérieure juste en face de la cuisine. Là je parle un peu avec les quelques artistes qui déjeunent en terrasse. Seulement, l’heure tourne et à 8h30, heure à laquelle je suis supposée commencer à travailler, toujours pas trace de Mitko. J’explique tant bien que mal ma situation et c’est Nickie qui se charge finalement de prendre les choses en main. Je reviens sur mes pas, je retourne avec elle près de la guest house où j’ai dormi et là se trouvent deux Bulgares en plein nettoyage de popo de cheval dans l’écurie. Elle dit un truc en bulgare au plus vieux des deux et rebrousse chemin en me laissant avec ces 2 inconnus. Celui à qui elle a parlé, le plus vieux des 2, me toise de haut en bas (sans doute admirât-il ma parfaite structure jambiale, ayant le cuissot à l’air de bon matin pour cause de chaleur temporelle), et m’annonce dans un anglais avoisinant la même famille de mafioso que celle dans laquelle à certainement grandi la pilote d’avion de Wizzair, que je travaillerais parfois moins de 5h/jour parfois plus, selon la météo (alors qu’il savait déjà parfaitement que je ferais du 8h-22h sans pause. AU BUCHEEEER !!!). Il me dit aussi son prénom mais je ne comprends pas, je retiens juste qu’il a un surnom : Bobi.

Physiquement, il me fait un peu peur. Il a l’air froid, avec la tête bien carrée, assez grand, environ la cinquantaine, un bidou qui a dû être hydraté par environ 350 tonnes de bières, et quand il dit un truc qui a l’air d’être marrant, il fait une pause, me regarde et attend ma réaction. Le temps que j’essaie de voir s’il faut rire ou pas, la nuit tombe. Sa tête me fait penser à une poule effrayée. J’vous laisse imaginer ! :p
L’autre Bulgare a l’air d’avoir mon âge, il est beaucoup plus bronzé que Bobi, et beaucoup plus jeune aussi. Je lui donne mon âge environ. BINGO ! En fait, c’est George ! =)
Une fois les présentations finies, je les aide à nettoyer l’écurie, sans les chevaux dedans (pas super ragoûtant quand tu viens de prendre ton petit-déjeuner, ça me donne même limite envie de quicher), on met tout le popo dans une remorque, puis George au volant et c’est parti pour 5 minutes en voiture dans un petit chemin de terre au milieu des champs pour décharger le popo ! Pendant tout le trajet Bobi fait des allusions grivoises et me demande régulièrement de traduire des mots de l’anglais au français dont l’unique champs lexical est porté sur le cucul. J’en ai de la chance tiens ! Redirection l’écoparc ensuite, pour une nouvelle mission, cette fois Bobi ne sera pas de la partie (et c’est pas plus mal). George reçoit un appel (j’apprendrai plus tard que Maya donne presque tout le temps ses ordres par téléphone). 2 minutes après avoir pris la route, nous croisons un 4X4 avec 2 personnes à bord : Bobi en copilote et une femme côté pilote. Ils s’arrêtent à notre hauteur et je découvre enfin Maya ! Elle est jolie, brune, est un peu plus petite que moi et a un visage sympathique 🙂 Elle s’excuse de ne pas m’avoir accueillie quand je suis arrivée la veille, me complimente et me souhaite la bienvenue, puis chacun retourne à ses occupations.
Pour nous, ce sera direction une pâture du village. George y coupe des branches et moi je fais des tas. Ca va en fait, c’est plutôt cool la vie à la campagne !
Je parle trop vite, il reçoit un autre appel et cette fois, direction l’immense champs.

Mission protection des arbustes avec les hautes herbes

WP_20150612_028

Une partie du champs

Une partie du champs

Pause déj' avec George pour reprendre des forces

Pause déj’ avec George pour reprendre des forces. La soupe est un plat typique Bulgare appelé Tarator et c’est juste TROP BON !

Après ma première vraie journée buccolique à transpirer comme un phoque et à être à la limite d’être héliportée tant j’étais sur les rotules, c’est avec plaisir que je rentre à l’écoparc et que je découvre que je ne suis plus seule bénévole ! Un jeune couple de hippies allemands avec un bébé de 11 mois était là ! 😀 Même si la première chose que la nana du couple, Josepha, m’a demandé, dans un anglais parfait, était si j’étais française parce que ça s’entendait dans mon accent et que l’accent anglais des français lui était familier car dans ses études elle était partie faire erasmus quelques mois en France. BIAAAAATCH !
Mais bon, je passe au-dessus de sa réflexion et commence à leur demander de me raconter leur histoire. J’apprends par Alexis qu’en Allemagne ils vivent avec une autre famille comme eux, et qu’ils veulent créer quelque chose de leurs mains et que dans cette optique ils sont eux-aussi en roadtrip en Europe de l’Est mais depuis 3 mois. Ils ont eux-aussi trouvé l’écoparc sur workaway et font du woofing dans chaque pays grâce à ce site. Nous dînons ensemble, avec Anton, qui est le bébé le plus souriant que je connaisse  puis chacun rentre dans ses pénates respectives ! =)

 

JOUR 2 : Vendredi 12 Juin 2015
Vendredi matin nous prenons notre petit-déjeuner à 4, Josepha, Alexis, Anton et moi. Ce qui me surprend tout de suite c’est qu’Anton boit du thé ! Le premier bébé de ma vie que je vois boire du thé WTF ! Oui parce qu’en fait le matin en Bulgarie, contrairement à la France, le petit-déjeuner est non pas sucré mais salé, et on boit du thé (pour ma part je buvais de l’eau) ou du lait (ici de chèvre, j’ai testé une fois, ça m’a suffit x)).
Ensuite, redirection l’écurie et nettoyage de popo de cheval. Encore une fois je frise la quiche. Cette fois-ci je suis avec Mitko et George.

Mitko (à gauche) et George (à droite)

Mitko (à gauche) et George (à droite)

WP_20150612_014

Au boulot !

Le petit chemin

Le petit chemin

WP_20150612_020

Et la jolie vue